1 févr. 2015

[Chronique] The Three-body problem - Liu Cixin

Résumé : Le professeur Wang Miao effectue des recherches en nanotechnologies. Lorsqu'une vague de suicides touche le monde scientifique et que les recherches en sciences fondamentales se heurtent à des résultats incohérents freinant toute progression, Wang est sollicité par le chef de l'armée nationale. Il va alors se retrouver entraîné malgré lui dans une enquête, parfois périlleuse, qui le mènera bien au-delà de ses croyances.
Au cours de ses investigations, Wang fera la connaissance de Ye Wenjie, astrophysicienne à la retraite, autrefois impliquée dans un programme de recherche secret de civilisation extraterrestre. Wang fera aussi l'expérience d'un jeu virtuel appelé The Three-body problem, qui, malgré toute apparence, est peut être la clé de toutes ces énigmes. Ce jeu le plonge sur une planète au sein d'un système à trois Soleils. Sur ce monde, il est impossible de prédire la position des Soleils dans le ciel et des périodes chaotiques invivables, car extrêmement chaudes ou froides, succèdent à des périodes de relative stabilité, et les habitants de cette planète n'ont de cesse de chercher la loi qui gouverne la mécanique des trois Soleils...

***
Liu Cixin est aujourd'hui présenté comme l'auteur de science fiction le plus populaire en Chine. Primé près d'une dizaine de fois en Chine, il a notamment reçu le prix Xinggyun (nébuleuse) pour le troisième volet de sa trilogie Three body (intitulé Dead End et paru en 2010), prix décerné par l'Association mondiale de science fiction chinoise, le seul qui récompense les œuvres écrites en chinois. Voilà donc qu'il commence à être traduit en anglais avec le premier tome de la trilogie des Trois corps (bien que plusieurs de ses novellas soient disponibles en anglais depuis quelques années, voir le blog de Gromovar ici et ).
Je note aussi au passage que la traduction est de Ken Liu, un jeune auteur américano-chinois, déjà récompensé pour plusieurs de ses nouvelles.

*
Je dois dire que c'est mon premier roman de hard SF, et je l'ai plutôt bien apprécié. Ce qui me plaît particulièrement, ce sont toutes ces idées originales qui pour moi ont un côté fascinant. Il y a ce fil nanométrique par exemple, si fin qu'il en devient terriblement tranchant (et l'application qui en est faite est assez spectaculaire). Et même si les concepts évoqués sont parfois pointus, ils sont décrits de manière très pédagogique et sont souvent bien imagés. À tel point qu'on a presque l'impression de lire de la vulgarisation scientifique. Je donnerai simplement l'exemple de l'ordinateur construit à l'échelle humaine : les opérations ('ou', 'et', 'ou exclusif', etc.) ne sont pas effectuées par des transistors comme dans nos microprocesseurs, mais par des humains, à qui l'on donne les consignes adéquates pour qu'ils produisent la réponse (0 ou 1) correspondant à leur fonction. Ainsi, une armée de plusieurs millions de personnes ainsi configurées permet de mener des calculs d'envergure...

L'histoire en elle-même évolue de manière assez lente, surtout dans la première partie. L'auteur prend son temps pour justement bien introduire ces concepts (le problème à trois corps par exemple, est exposé au travers de multiples sessions d'un jeu virtuel, un peu répétitives à mon goût) et les développe vraiment jusqu'au bout. Cette narration posée prend aussi le temps de présenter les personnages, en particulier Ye Wenjie, astrophysicienne au passé traumatisé, qui nourrit une certaine désillusion envers l'humanité, ou, pour donner un autre exemple, le personnage de Wei Cheng, un prodige un peu surnaturel des mathématiques. L'essentiel n'est pas en effet dans l'action, mais vraiment dans le dévoilement progressif de ce qu'il se passe réellement, ce qui est notamment propice à des réflexions intéressantes, en particulier sur le premier contact extraterrestre ou encore sur la Science. À noter aussi que le contexte est assez dépaysant, car centré sur l'histoire de la Chine, que personnellement je connais très mal. Cela m'a donc poussée à me documenter un minimum sur la Révolution Culturelle, ce qui n'est pas plus mal.

Pour finir, le pessimisme exprimé vis-à-vis du futur de la civilisation humaine n'est pas du tout le message que l'auteur cherche à faire passer, au contraire, comme il l'exprime dans le post-scriptum de la version américaine :

There's a strange contradiction revealed by the naïveté and kindness demonstrated by humanity when faced with the universe: On Earth, humankind can step onto another continent, and without a thought, destroy the kindred civilizations found there through warfare and disease. But when they gaze up at the stars, they turn sentimental and believe that if extraterrestrial intelligences exist, they must be civilizations bound by universal, noble, moral constraints, as if cherishing and loving different forms of life are parts of a self-evident universal code of conduct.
I think it should be precisely the opposit: Let's turn the kindness we show toward the stars to members of the human race on Earth and build up the trust and understanding between the different peoples and civilizations that make up humanity.
Au final, ce que je retiens de la lecture de The Three-body problem, ce sont toutes les idées originales qui suscitent chez moi le sens de l'émerveillement que je recherche lorsque je lis de la science fiction. Et malgré le côté "hard SF", c'est un roman qui se lit très bien car écrit avec beaucoup de pédagogie et d'images, et qui offre une réflexion originale sur le premier contact avec une civilisation extraterrestre.
La suite, The Dark Forest est à paraître le 7 juillet 2015.
 
***
 The Three-body problem
Liu Cixin
Tor books, nov. 2014, 400 pages
(Publication originale en 2006 dans
Science Fiction World magazine,
 puis réimprimé en 2008)
Traduction (du chinois vers l'anglais) : Ken Liu
Illustration : Stephan Martiniere
Lu en e-book

5 commentaires:

  1. Ben il a l'air pas mal ce bouquin! J'avoue que le titre bien matheux et le tag "Hard SF" me rebuteraient un peu quand même... ;)

    Et est ce qu'il mérite bien son titre de hard SF? Rien de ce que tu as lu ou de ce que l'auteur a expliqué ne t'as semblé scientifiquement impossible ou non crédible?

    RépondreSupprimer
  2. @ Fracass : Bien sûr il reste "fiction" même dans "hard SF", donc je ne dirais pas que tout est possible... mais crédible, oui ! Après tout dépend de ton seuil de crédulité et de connaissances (je ne saurais pas dire par exemple si un proton a oui ou non onze dimensions lorsque tu fouilles dans sa structure interne...)
    Si tu as l'occasion, pour ton prochain voyage en avion, je te conseillerais bien de le tenter (je te l'aurais bien prêté mais je l'ai en e-book...)

    @ Gromovar : hâte de lire ton avis !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai acheté ce roman. C'est chouette ce blog!

    RépondreSupprimer
  4. Merci Takayuki ! :-)
    Tu me diras si tu as aimé !

    RépondreSupprimer